Polish Air ForcePolish Air ForcePolish Air Force
Polish Air ForcePolish Navy
Polish Air Force Polish Air Force Return to Homepage Polish Airforce Polish Army 1st Polish People's Army Polish Navy Norwegian Campaign Resettlement Corps Polish Resettlement Exile Blackpool 1940 Enigma Other Stories Escape Operation Market Garden Operation Vistula Victory Parade 2005 Contact Addresses References Book Reviews Glossary

 

English version
 

La Marine polonaise

Pendant les années de l’entre-deux guerres, la Marine de guerre polonaise a souffert des pauvres ressources, car l’armée de terre et l’aviation en fuite formaient un plus grand rôle dans les défenses stratégiques. « La Pologne avait des millions d’hommes en armes, comprenant douze brigades de cavalerie ; sur le papier c’était une force impressionnante, tout ce qu’il y avait de plus impressionnant dans les yeux de ces généraux polonais irrémédiablement romantiques et convaincus qu’avec un peu de bravoure et assez de chevaux on pouvait tout faire » (Budiansky, 2000 : 69).  Cependant, alors que cela pouvait renforcer les mythes populaires sur l’état des forces armées polonaises (Polskie Sily Zbrojne - PSZ -), la Pologne, depuis sa réorganisation en 1926, s’était entraînée à la guerre en vue du conflit à venir. L’organisation stratégique simulait des invasions allemandes (Plan N) ou soviétiques (Plan R). Les Polonais simulèrent même une invasion simultanée (Plan N+R) (Zaloga et Madej, 1991). La Marine connut un rôle moindre, quoique tout aussi important, en protégeant les ports et la flotte marchande dans la Baltique. Formée le 28 Novembre 1928 (pour la célébration de la victoire d’Oliwa), Jozef Pilsudski  fut impressionné par le traité stratégique de Marian Kadulski qui envisageait la maîtrise absolue de la mer Baltique sous le couvert d’une flotte de rapides lance torpilles et de sous-marins poseurs de mines (Peszke, 1999). Les perspectives de voir la création d’une Marine suite aux indemnisations de la guerre furent anéanties lorsque la Marine  allemande fut sabordée à Scapa Flow dans les îles Orkneys, en Ecosse, le 21 Juin 1919.

Au début des années 20, la section II (Biuro Szfrow) de l’Etat major de l’Armée écoutait et décodait régulièrement les communications radio allemandes. 'En Février 1926 les messages de la Marine allemande devinrent illisibles ; en Juillet 1928 il en fut de même pour l’Armée' (Budiansky, 2000: 69). Des machines générant des cryptogrammes furent soupçonnées et tandis que les tout premiers modèles de machines Enigma furent exposés en 1928 dans une foire en Suisse, les Renseignements polonais furent enthousiasmés non seulement de pouvoir percer le secret des codes allemands, mais également être capables de pouvoir fabriquer une réplique de cette machine (Stafford, 2000). A partir de 1928 la Pologne pouvait déjà lire secrètement les communications allemandes et ce fut "l’as qui sortait de la manche" car ni la France ni la Grande-Bretagne ne le pouvaient et demeuraient de ce fait aveugles face aux communications allemandes.

Les dépenses pour la Marine représentaient environ 2% du budget de la défense nationale (Zaloga et Madej, 1991) et son rôle stratégique serait d’empêcher tout accès dans les ports vitaux. La Marine fut relativement peu développée mais équipée de navires modernes pour lesquels on avait une certaine fierté. Les chantiers navals polonais ont démarrés trop tard pour pouvoir être préparé aux constructions et ceci fut un frein à sa progression. Le tableau ci-après montre la taille et le statut de chaque classe de bateau.


Le Schleswig-Hollstein pilonnant la garnison de Westerplatte en Septembre 1939

La Marine polonaise

Classe/Type Simoun
Destroyer
Grom
Destroyer
Gryf
Poseur de mines
Rys
Sous-marin
Orzel
Sous-marin
Jaskolka
Démineur
Déplacement 1920 2144 2250 980/1250 1100/1650 183
Longueur (m) 107 114 103 78 84 45
Armement principal 4-130mm 7-120mm 6-120mm 1-100mm 1-105mm 1-75
Canons anti-aériens 2-40mm 4-40mm 4-40mm   2-40mm  
AA MG's 4-13mm 2-13mm 8-13mm 2-13mm 1-13mm 13mm/7.62mm
Tubes de torpilles de 550mm 2 triple 2 triple   6 12  
Vitesse maxi Noeuds 33 39 20 14/9 19/9 18
Equipage 155 190 205 54 62 30
Pays fabricant France Britain France France Netherlands Poland
No. Dans laClasse 2 2 1 3 2 6
Action Wicher: Détruit en Sept. 1939. Burza: avec Grom et Blyskawica quitte Gdynia le 1er   Septembre 1939 et fait route vers Leith en Ecosse. Retourne en Pologne en 1947. Aujourd’hui c’est un navire musée. Grom: coulé le  4 Mai 1940 aprés la Bataille de Narvik dans le fjord de  Rombaks, en Norvège. Blyskawica: Quitte Gdynia avec le Grom  le 1er Septembre 1939 et fait route vers Leith en Ecosse. Basé à l’origine à  Harwich entre en combat en Norvège, participe à des escortes de convois dans les régions occidentales, en Méditerranée et aux opérations de la Home fleet. Gryf: Détruit en Sept. 1939 Rys et Zbik Internés en Suède. Wilk: s’est enfuit vers l’Angleterre. Sep: Interné en Suède. Orzel: Echappé en  Estonie et  interné à Tallinn, s’echappe et parvient à rallier Rosyth, en Ecosse en Oct 1939. Coule le transporteur de troupes allemand (Rio de Janeiro) au large de la Norvège le 8 Avril 1940. Son théâtre opérationnel fut la Baltique et la Mer du Nord.  

Selon Zaloga et Madej (1991)

En Pologne l’ordre de Mobilisation pour les forces terrestres institué le 26 Août 1939 suivi de l’ordre de Mobilisation générale le 30 Août 1939, n’a pas été proclamé pour forcer la main des Britanniques et des Français, mais dans le but de répondre aux Allemands. Le 28 Août 1939 tus les navires battant pavillon polonais reçurent l’ordre de rester en dehors des eaux de la Mer Baltique, la flotte de destroyers polonais devant rallier la Grande-Bretagne le 30 Août 1939 (Peske, 2005) sous la couverture opérationnelle PeKing en accord avec l’Amirauté britannique. Lorsque la guerre éclata le 1er Septembre 1939, quelques navires purent échapper au feu ennemi tandis que d’autres défendirent héroïquement l’approche des ports et du Westerplatte. Le vieux cuirassier allemand Schleswig-Holstein entra à Danzig en visite officielle avant que la déclaration formelle de guerre ne soit faite. Il pilonna la garnison de Westerplatte à 4h45 profitant d’une position avantageuse dans le port principal.

Les défenses côtières :

Les forces de défense côtières ainsi que les unités de la Marine défendirent les côtes de la Baltique. Eclaté en 4 zones opérationnelles le bataillon KOP  défendit la péninsule Hel sous le commandement de Wlodimierz Steyer avec 2800 hommes rattachée aux unités AA et de batteries côtières (Zaloga et Madej, 1991). Ces unités furent rapidement isolées dès les premières heures de l’invasion. La péninsule de Hel fut contournée jusqu’à ce que les objectifs de la Wehrmacht furent atteints, c'est-à-dire la capture et la protection des ports de Gdynia et Gdansk.

La Brigade de fusiliers marins et la Brigade navale de la garde nationale sous le commandement du Colonel Stanislaw Dabek étaient constituées d’environ 1400 hommes qui formaient un périmètre défensif autour de la baie d’Osksywie où étaient situés les ports de Gdynia et Gdansk. Un réseau complexe de batteries côtières et de positions AA ceinturaient la baie et Zaloga et Madej (1991) précisent que les troupes reçurent l’appui des milices locales.

Les SS du bataillon Heimwehr Danzig aidé par la Wehrmacht et du bataillon Pionier Lehr attaquant Gdansk.

Les ruines de la garnison Westerplatte

La garnison Westerplatte regroupaient les premières unités a être engagées dans les combats maritimes et terrestres contre les SS Heimwehr Danzig aidés par la Wehrmacht et des unités de la police attaquant le labyrinthe des unités dissimulées donnant sur la mer et surnommé « petit Verdun » provoquant de lourdes pertes du côté allemand, 300 morts avant la chute de la garnison le 7 Septembre 1939 (Zaloga et Madej, 1991; Peszke, 2000).

ORP Gryf

Batterie côtière à Oksywie

A Oksywie, la 207ème Division d’infanterie allemande aidée par différentes unités paramilitaires, représentant une force de 26000 hommes, attaqua des Polonais bien moins nombreux et faiblement équipés. Kartuzy fut occupé le 4 Septembre et les forces polonaises battirent en retraite vers les ports principaux. La garnison de la péninsule de Hel subit des bombardements constants et une fois que les ports principaux furent tombés, et la Luftwaffe et le Schleswig-Holstein pilonnèrent la base. Malgré les bombardements quotidiens, la garnison repoussait les attaques de combats corps à corps. Repoussés vers Kuznica, les Polonais firent exploser des mines et séparèrent temporairement la péninsule du continent dans l’espoir d’enrayer les attaques. L’Amiral Jozef Unreg, commandant de la garnison, décida de poursuivre le combat malgré la chute de Varsovie le 29 Septembre et poursuivit un combat acharné jusqu’au 1er Octobre 1939 lorsque le cessez le feu prit effet en début d’après midi.

La petite et dévouée Marine opposa, contre toute attente, une forte résistance à l’invasion par de nombreux actes d’héroïsme. Le Mazur se rendit seulement lorsque les canonniers  du navire qui coulait eurent de l’eau jusqu’à la taille et ne furent plus en mesure de tirer. Tandis que le Burza, le Grom et le Blyskawica purent s’échapper pour rallier Leith en Ecosse, le reste de la flotte se battit remportant quelques succès bien que limités. Le Gryf et le Wicher firent feu et mirent hors d’état le vaisseau amiral Leberecht Maas le 3 Septembre avant qu’un bombardement massif allemand ne les coule. La flotte sous-marine se sauva et trouva soit refuge en Suède ou dans le cas du Wilk rallia la Grande-Bretagne tandis que l’Orzal sous le commandement du Capitaine Jan Grudzinski se sauva héroïquement de Tallin en Estonie vers la base navale de Rosyth en Ecosse sans carte marine, sans munitions ou canons, terre d’accueil de la flotte sous-marine britannique.

Lors de différents combats, le dragueur de mines allemand M-85 fut coulé par les mines déposées par le Zbik alors que les destroyers Burza et Blyskawicka eurent attaqués et vraisemblablement détruit un sous-marin avant de quitter la Baltique.

La Grande-Bretagne

Le 18 Septembre 1939 la Marine polonaise fut rattachée à la Navy britannique sous commandement de l’Amirauté britannique et un nombre de destroyers lui fut confié sous la forme d’un contrat de location. La Marine polonaise était forte de 6 destroyers (Garland, Piorun, Krakowiak, Kujawiak, Slazak, Orkan ) 3 sous-marins ( SokUl, Jastrab et Dzik) 6 torpilleurs et 2 croiseurs (Dragon et Conrad). Leur théâtre opérationnel allait de la protection de convois dans l’Atlantique et la Méditerranée, mission en Mer du Nord ou missions spéciales pour des opérations bien précises, par exemple : le Blyskawica assura la protection des troupes lors de l’évacuation de Dunkerque. Le Blyskawica et le Grom participèrent à la campagne de Norvège à Narvik engageant les batteries de défense côtières allemandes. Lors de cette opération le Grom fut coulé dans le fjord de Rombaken. Dans la nuit du 20 Juin 1940 le Wilk décela un sous-marin et le pulvérisa. Dans un engagement digne d’un « David et Goliath » le destroyer Piorun trouva et engagea le cuirassé Bismarck gagnant le respect pour sa vaillance.

Le Krakowiak et le Kujawiak en protection de convois

Le Wilk, le SokUl et le Dzik en ravitaillement en Méditérranée

La Marine polonaise eut dans la plupart des cas un rôle de soutien dans le raid sur Dieppe, l’invasion de la Sicile ou lors du Jour-J en Normandie. Le 6 Juin 1944 à l’exception d’un navire (le Garland) tous les autres navires polonais furent impliqués dans l’opération Neptune – la partie navale de l’Opération. Le croiseur Dragon  fut rattaché à la Force D en support à la 3ème Division canadienne sur la plage de JUNO à Courseulles (qui inclura plus tard la 1ère Division blindée polonaise). Les destroyers polonais Slazak et Krakowiak  assurèrent la couverture du débarquement des Britanniques à Ouistreham protégeant les dragueurs de mines et les barges de débarquement. Le Blyskawica et le Piorun furent rattchés à la flotille des destroyers Tenth, constituée des 19ème et 20ème  divisions dont les Blyskawica était le leader. Dans la nuit du 9 Juin 1944 la flotille était au large de Ushant après que la Raf ait aperçut une imposante flotte allemande tentant de disloquer les convois et les lignes de ravitaillement pour les plages de Normandie. Après une bataille décisive, les Alliés paralysèrent les dernières tentatives de la Marine allemande en la repoussant au large, aidés en cela par une contribution polonaise significative.

Un peu plus de 400 hommes et officiers donnèrent de leur vie pour la défense de la Grande-Bretagne et de l’Europe.

La marine marchande polonaise

Dans l’entre deux guerres la marine marchande polonaise était forte de 40 navires notamment de vraquiers pour l’exportation du charbon et d’autres produits industriels. Des Cadets étaient à l’entraînement sur des navires du type Dar Pomorza et sur les navires de croisière. Les navires à moteur (MV) Pilsudski, Batory, Sobieski et Chrobry étaient la fierté de la flotte transportant des passagers payants sur des itinéraires variés de façon à gagner des devises fortes et agissant comme étant la fenêtre d’un état polonais moderne. Lorsque la guerre menaça, des navires furent transformés et les ponts renforcés de façon à pouvoir accueillir des armes de défense et aussi comme faisant partie du plan stratégique, si toutefois la Pologne venait à être envahie tous les navires devaient rejoindre la Grande-Bretagne.

Le 28 Août 1939 tous les navires battant pavillon polonais reçurent l’ordre de rester en dehors des eaux de la Mer Baltique expliquant ainsi qu’environ 9% de la flotte fut perdu (Peszke, 1999). Onze navires furent pris dans la Baltique, dans les ports de la Mer du Nord ou dans les détroits danois et cherchèrent asile en Suède, à Göteborg par exemple, avant de reprendre la mer vers la Grande-Bretagne via Bergen sous escorte britannique. Le Slask, le Rozewie et le Poznan furent les derniers à quitter la Baltique, le Rozewie arrivant le 18 Novembre 1939 (Peszke, 1999). Les equipages marchands furent également éparpillés  à travers le globe travaillant souvent sur d’autres navires et d’autres compagnies. A la déclaration de guerre ce personnel traversa la planète afin de poursuivre la lutte. Dans beaucoup de cas leurs périples n’étaient pas moins hasardeux de ceux qui s’enfuyaient de la Pologne pour rejoindre la France ou la Grande-Bretagne. Un centre d’entraînement fut crée à Southampton et la marine marchande polonaise se trouva ainsi sur tous les théâtres opérationnels de la guerre transportant troupes et vivres à travers les routes les plus périlleuses du conflit en temps que Marine marchande Alliée.

Sources complémentaires :

www.polish-navy.org
www.ostrycharz.free-online.co.uk/polish_navy.html
http://home.c2i.net/gisaksen/orzel.htm
www.ww2.pl/The,Battle,of,the,Atlantic,and,the,Polish,navy,139.html
www.polishhome.org/ProfilesPacewiczEng.htm
http://hmcshaida.ca/twinning.html
www.6juin1944.com/assaut/annexe.php3?id=4

 

© Copyright polandinexile.com 2008. All rights reserved.
Site hosting by Paston.